Le retour22 mai : Blythe (CA) – Los Angeles (CA)
Aujourd’hui c’est la dernière étape. Avec la chaleur nous décidons pratiquement tous de rouler en T-shirt. Les blousons sont placés dans le pick-up. Nous faisons un premier arrêt au General Patton Memorial Museum. On ne peut pas le visiter, ce n’est pas encore ouvert. Nous faisons quelques photos et en route !
A Palm Springs nous faisons une pause boisson pour se rafraichir. Nous sommes près d’un champ d’éoliennes. Il y en a partout ! Quelques miles après Palm Spring, à Cabazon nous visitons un outlet sur Seminole Drive : Cabazon Outlets. Il y a beaucoup de magasins de grandes marques, mais pas grand-chose qui nous intéresse. Je vais dans un magasin Levi’s mais ne trouve pas mon bonheur. Nous profitons de cet arrêt pour déjeuner.
Nous ne roulons pas longtemps avant d’atteindre les faubourgs de Los Angeles. Fabrice nous a averti que la traversé jusqu’à Venice faisait environ 150 kms. Nous suivons l’I10, et à partir de San Bernardino on peut dire que l’on est en ville. Des voitures arrivent de droite et de gauche par les nombreuses bretelles d’accès et autres jonctions d’autoroutes. La circulation est intense. Notre groupe de 8 motos commence à s’étendre en longueur au grès des voitures qui s’intercalent. Les premiers suivent le Pick-up de Fabrice qui est le seul à savoir où nous allons. Je suis en queue de peloton et je dois faire des excès de vitesse pour coller aux précédents. Je roule en permanence à 95 ou 100 miles/h et je regarde dans mes rétros si une voiture de police ne me poursuit pas. Cette traversée de L.A est interminable. Il faut jongler d’une voie à l’autre, les américains ne se rabattant pas de gauche à droite comme en France. Seule la voie toute à gauche est pratiquement libre de circulation. Je ne comprends pas pourquoi nous ne l’empruntons pas pour éviter cette circulation démentielle. Un panneau me fait comprendre qu’elle est réservée au « covoiturage » et seuls les véhicules avec 3 personnes à bord peuvent l’utiliser. Heureusement rien de fâcheux ne nous arrive.
Sur la plage il n’y a personne, juste un véhicule des Lifeguard. Pas de Pamela Anderson en vue ni d’autres sauveteurs ressemblant à « Alerte à Malibu ». Il fait 14° et seuls quelques pélicans plongent dans les vagues pour attraper du poisson. Avec un autre couple, nous allons dîner dans un restaurant mexicain situé entre Speedway et Pacific Ave. Puis nous rentrons tristement à l’hôtel pour notre dernière nuit.
Nous retournons à l’hôtel pour nous changer. C’est maintenant que nous n’avons plus les motos que je me rends vraiment compte que c’est fini. La température a encore fraichie. Nous prenons nos vestes polaires et partons pour le Pacific. On descend Washington Bld jusqu'à la jetée. Je suis etonné que dans une ville comme L.A la distribution du courant électrique soit aussi vétuste que dans les petites villes. En plus c’est horrible comme décor.
Début Etape précédenteNous quittons l’I10 pour prendre Venice Boulevard. C’est beaucoup plus calme et reposant que l’autoroute. Nous roulons lentement comme pour retarder la fin du voyage. Je pense que demain je repartirai bien pour la Nouvelle Orléans faire le voyage dans l’autre sens. Nous allons jusqu’au bout de la route à quelques mètres du Pacific. La température a chuté en flèche. Il y a de la brume sur l’océan, nous sommes passés de 40° à 18° en quelques minutes. Nous regagnons notre hôtel le Marina International près de Marina del Rey où nos déposons nos bagages avant d’aller rendre nos motos à la concession « Route 66 Riders » chez Bartel’s. Arrivé à la concession nous alignons nos motos et un employé commence l’inspection. Je me rends compte qu’il a vu les dégâts sur ma moto et il l’inspecte avec minutie. Au moment de payer ma facture a enflé de 600 dollars : 300 dollars d’assurance supplémentaire car j’ai coché la mauvaise case au départ. Leurs documents sont toujours ambigus à remplir pour nous français. Tant pis pour moi ! 300 dollars pour la poignée et la fermeture. Devant la somme nous faisons moitié-moitié avec le collègue.